Chacun cherche sa moufle

Pour l’agenda ironique de décembre proposé par miss Photonanie,

de quoi qu’il est question ? De Noël, tout simplement (encore fallait-il y penser !). Il peut être blanc, noir, rouge (et vert, foi de Lyssamara, irlandaise d’origine), se décliner sous forme de conte, de thriller, d’opéra, de poème, comme vous voudrez. Mais il faut y glisser le mot graffeur (mais gaffeur sera aussi accepté) et si possible l’expression “être maquillé(e) comme une voiture volée“.

Encore une histoire de cœur, comme l’année dernière ?!?

Heu, y’a maldonne là ! Vont s’lasser les lecteurs ! Ils se tapent déjà en boucle et guimauve’s films et Qatar’s boules

-faut dire, c’est l’époque-

si, en plus de natal, l’agenda vire fatal, que va-t-il advenir de l’ironie passée ?

Et puis, t’en as pas marre de passer pour un graffeur de mots, dis ? Avec tes plumes d’esbrouffe en guise de pinceaux, que t’ériges partout sur les mises en réseau … pfff … je ne te reconnais plus, on dirait que ce n’est pas toi: tu bavardes à la mode, y compris des bobos ! Pendant ce temps, avec moi, silence radio ! Maudits mots pas dits, graffeur de mes fesses, oui !

C’est toujours Petit Tonnerre qui conduit la voiture ?!?

Il semblerait que oui, aux dernières nouvelles. Dommage pour le remake de Chabadabada Chabadabada: attifée mère Noël, même si prête à te rejoindre, ô toi, ô soleil de mes nuits (vous, c’est l’air de "Ô douce nuit"qui ne va plus vous lâcher) en petite voiture blanche et son joli sapin, avec une luge, à ski ou par montgolfière, trois grands mômes veillent au grain et ne sont pas prêts de lâcher leurs rêves de gamins !

T’as tes deux lions pérennes? Mon sape, hein le sien aussi !

Continuons notre voyage en conifère connu. Comment ça : « Qu’allait-il faire (mon lion) dans cette galère ? »

Il n’a pas quatre cents ans mais n’est pas né de la dernière pluie: il entend bien régner, quel que soit le royaume, en verre et contre tout.

Ton ange, sûr, veille ? Même ici !

Il se fait tard, le reste des maux sera vite expédié. Comme souvent, les légendes suffisent pour raconter le tout.

Si songeuse, suspendue sans retenue

Jolie petite rêveuse, suis donc ce doux conseil: si t’épates hein, de glace, ne raye pas ta joie, reste bien attachée à ce

bonheur givré et tu ne tomberas pas, c’est promis cette fois.

Petite cloche pas si libérée du papier de soie, zique comprise

Cloche? cloche! Est-ce que t’as l’air d’une cloche auprès de ce gars-là ?

Chacun cherche sa moufle (la deuxième, comme de bien entendu)

Et les liens tricotés pourront nous réchauffer.

Pour une dernière* séance à gorge déployée ?

En vrai, ce sera Noël: quel cadeau cet amour, pourtant tant maquillé comme une romance volée et *Argh, No ! One more time !

11 commentaires sur « Chacun cherche sa moufle »

  1. On pourrait croire qu’un sapin de Noël n’est qu’un tronc d’arbre avec des aiguilles. Ce serait une profonde erreur. C’est un monde plein personnages et plein de vie. Belle participation.

    Aimé par 1 personne

  2. A force de frayer avec des moufles on attrape des mouflets…et là c’est pas une partie de plaisir surtout après un certain áge, je parle pour moi.
    Non moi malgré leur aspect modeste et peu étanche c’esy vers les mitaines que je penche.

    Aimé par 1 personne

  3. Bon jour Lys,
    Je retiens parmi les brillants de ton texte, la verve qui serpente en les lignes sapinales et les retours de flammes à la trainé des rennes d’un traineau, ceci : « …. guimauve’s films et Qatar’s boules »… 🙂
    Bon réveillon à venir 🙂
    Max-Louis

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :