Sans l’ombre d’un doute

Ode tendre aux hommes qui nous touchent Pfff, 22h52 et je commence à écrire, ce n’est pas gagné !!! Tout ça, c’est de ta faute. Ben oui, moi, je ne marche jamais sur tes plates-bandes alors que toi, tu m’ombres à chaque fois, tellement tu irradies! Et puis, il a fallu s’occuper de ma nombreuseLire la suite « Sans l’ombre d’un doute »

Pas son genre (depuis toujours)

C’est vrai: qu’est-ce que tu croyais ? C’est tout toi ça, rêveuse ! Encore heureux que tu ne t’appelles pas Emma ou Adèle H., on aurait friser la catastrophe ! Pourtant, t’as vu le film et plutôt deux fois qu’une. Oui, celui qui donne le do (do ? c’est pas plutôt le la ?) desLire la suite « Pas son genre (depuis toujours) »